[ITINÉRAIRE BIS] – « No-touch » environnement : l’essor du sans contact et de la commande vocale ?

marketvalue · mai 29, 2020 · Actualités · 0 comments

 

[ITINÉRAIRE BIS] – « No-touch » environnement : l’essor du sans contact et de la commande vocale ?

 

 

Fini le temps où l’on tâtait avec nonchalance ses avocats au rayon fruits et légumes jusqu’à trouver celui à bonne maturité. Impossible désormais d’essayer une nouvelle monture de lunettes puis de la replacer librement en rayon. Terminé le pianotage de claviers sans un flacon de gel hydroalcoolique à portée de doigts. Non, on ne met plus ses mains n’importe où. Et bon nombre de surfaces nous apparaissent à présent menaçantes.

 

Si garder ses distances peut relever de l’épreuve, lorsqu’il s’agit de paiement en revanche, le sans-contact est désormais plébiscité. Plafond de paiement par carte bancaire élevé à 50€, accès exclusif aux caisses libre-service en soirée ou le dimanche, et valorisation des services d’encaissements mobiles (ex : le service coupe-file de Monoprix) accélèrent l’adoption de nouveaux réflexes de paiement.

 

Et le sans-contact se déploie également à d’autres « no-touchpoint ». Avec le confinement, certains services de livraison ont également évolué vers de nouvelles modalités, à sélectionner au moment de la prise de commande, pour garantir la distanciation et le désir de contrôle. L’objectif étant de rassurer tant les clients que les coursiers, à l’instar des initiatives de Deliveroo ou Domino’s.

 

 

Dans un monde à distance de sécurité, les services « sans contact » pourraient continuer de se déployés largement. Perçus non plus seulement comme rapides ou pratiques, ils seront aussi jugés plus sûrs pour certains. Dès lors, la mise à disposition d’une ou plusieurs caisses en self-checking mais aussi les fonctionnalités de self-scanning sur smartphones, permettant une autonomie accrue pour les uns et la régulation des files d’attente pour les autres, pourraient considérablement améliorer l’expérience client en magasin.

 

Chacun évoluant avec ses propres sources d’anxiété, si l’interaction humaine est un fondement du commerce, il s’agit de veiller à ce qu’elle soit possible, mais ni intrusive, ni imposée, pour respecter les attentes de tous les consommateurs.

 

Parallèlement, se pose la question des terminaux tactiles largement implantés ces dernières années dans une grande variété d’enseignes pour consulter un catalogue en ligne (Ikea), ou bien solliciter un vendeur depuis une cabine d’essayage connectée (cf. Decathlon City, Etam). Ces équipements impliquant désormais une désinfection régulière et peuvent devenir problématiques. Il en va de même, au-delà des lieux de commerce, pour les ascenseurs ou les copieurs partagés dans nos environnements professionnels.

 

Pour ces usages, l’usage d’un QR code qui permettrait de transférer le contenu d’un écran sur son mobile ou encore la commande vocale sont des technologies à envisager. Ces alternatives au toucher doivent influencer le design des interfaces serviciels de demain.

Sorry, the comment form is closed at this time.