Portrait de Sylvia Vitale Rotta

marketvalue · octobre 19, 2017 · Actualités · 0 comments

À l’occasion de la remise des insignes de Chevalière de la Légion d’honneur, retour sur l’histoire de notre CEO…

Tout commence aux pieds du Kilimandjaro

Sylvia est née de parents italiens qui élèvent leurs quatre enfants aux pieds du Kilimandjaro, en Tanzanie. Dès son plus jeune âge, sa mère la sensibilise à la beauté, l’esthétique, et l’élégance des formes et des couleurs. Elle découvre que le beau se trouve autour d’elle dans une multitude de petites choses. Un joli bouquet ou une nappe colorée, un trait de rouge à lèvres, ou encore des chaussures à talon… quelle incongruité en Afrique ! C’est la signature de la famille. L’esthétisme avant tout. Période formatrice pour Sylvia qui s’en souviendra tout au long de sa carrière.

En Afrique, elle découvre aussi l’harmonie de la nature et son équilibre qui la touchent et vont la guider dans son approche du design. Avec trois ans d’avance sur le programme, et grâce à l’aide d’une certaine Mrs Scott, sa professeure d’arts, Sylvia réussit l’examen qui lui ouvre les portes du chemin de sa vocation. Sylvia vit désormais à Londres, y passe un BAC international et enchaîne son apprentissage à la prestigieuse London School of Art & Design.

Une anecdote qui forge un destin

C’est en allant travailler comme jeune fille au pair chez Serge Gainsbourg et Jane Birkin que Sylvia découvre Paris dans le début des années 70s ! Elle reste deux ans chez ce couple mythique à s’occuper de Charlotte et Kate. Elle se souvient des moments passés à l’hôtel particulier de la rue de Verneuil. Petit à petit, elle va faire partie de la famille. Des soirées chez Castel aux sorties d’école, le jour vient ou elle annonce son départ à Jane Birkin pour poursuivre sa carrière dans le design. Compréhensive, celle-ci lui répond tout de go : « You cannot be an ‘au pair’, go back being a designer ». Une semaine après, elle rejoint l’agence Petronio & Butcher de Paris.

Une vision internationale du design des produits du quotidien de la famille

A Londres, la rencontre, avec celui qui deviendra son mari, Nick, aujourd’hui décédé, est déterminante pour la suite de sa carrière. Tous deux passionnés de design, d’art et de beau, ils se lanceront dans l’aventure de l’entrepreneuriat en créant l’agence Team Créatif en France en 1986. Pour rester dans le centre de Paris et ainsi profiter de la ville, ils s’installent dans un immeuble du 8ème arrondissement. Leur vision d’emblée internationale est un vrai différentiateur pour ces deux étrangers amoureux de la capitale française.

Dès ses premiers clients dans le domaine des jouets (Hasbro, Mattel, etc.), elle travaille sur le branding et le packaging du quotidien. Aujourd’hui, elle poursuit l’aventure dans le domaine de l’agro-alimentaire avec Mars, Danone, Bjorg ou Bonneterre. Pour des raisons d’éthique, Sylvia et Nick n’ont jamais souhaité travailler pour des marques d’alcool et de tabac.

Comme Sylvia se plaît à le dire, ils ont eu trois enfants : Amélia, Nora et Team Créatif ! Leur enthousiasme et leur pragmatisme les guident pour développer l’entreprise qui devient très vite un des premiers groupes internationaux indépendants avec près de 300 salariés, présent en Europe (Paris, Limoges et Lyon), en Amérique du Nord (Charlotte en Caroline du Nord), en Amérique du Sud (Sao Paulo au Brésil), et en Asie (Jakarta en Indonésie).

Les secrets de Sylvia

Durer dans le design est un véritable challenge. La passion guide Sylvia depuis toujours et lui donne raison : sa famille, son métier et son expansion internationale sont étroitement liés à sa vie de femme. Cette grande sportive (nage, marche et équitation) qui chaque matin pratique l’un de ses sports favoris, est très féminine. Elle délaisse ses affaires de sport pour enfiler une jolie robe et porter de petits talons, se maquille. Et hop, au travail !

Sylvia insuffle le beau au quotidien dans toutes les créations imaginées par ses équipes. Les packagings sont utilisés par des millions de familles du matin au soir dans le monde entier. Ils doivent donc être pratiques, esthétiques et accessibles. Comme le dit un de ses collaborateurs proche : « Sylvia ne lâche rien ! Tant que le client n’est pas satisfait, on recommence, on ajuste, on creuse. »

Une anecdote qui caractérise la détermination de Sylvia . Il y a quelques années, en découvrant le Brésil, ils ont tous deux un coup de foudre. En arpentant à cheval l’interminable plage de Bahia, Sylvia et Nick tombent sur une ancienne ‘poussada’ (bâtiment à caractère historique) en ruines. Qu’à cela ne tienne ! Ils l’acquièrent et se lancent dans la rénovation du lieu. L’histoire brésilienne de Poussada Capitu gérée par sa fille Amélia est scellée !

Sylvia se ressource en allant à de nombreuses expositions d’art partout dans le monde, malgré un agenda très chargé. Elle a une véritable fascination pour Van Gogh : sa puissance et sa vision de la peinture lui plaisent beaucoup même si cet artiste reste souvent incompris. Poussée par une curiosité sans limite, elle est aussi allée faire un tour à la rétrospective de David Hockney, au Centre Pompidou. Ses goûts hétéroclites en matière d’art -de Henri Moore à Alberto Giacometti en passant par Frida Kalho- la caractérisent bien. Elle ne manquerait pour rien au monde une Biennale de Venise. Elle est gourmande de la vie et ouverte sur tout ce qui l’entoure.

Côté littérature, elle aime le réalisme d’Emile Zola. Cet auteur lui aurait donné envie de découvrir Paris. Les cinéastes italiens tels que Visconti, Fellini ou encore, Pasolini remportent son suffrage : ils racontent de vraies histoires attachantes et réalistes. Enfin, elle apprécie l’audace des grands explorateurs tels que Bertrand Piccard qui a prouvé que l’on pouvait faire un tour de la terre dans l’avion Solar Impulse sans carburant.

« Croire en ses rêves ! »

Pierre après pierre, Sylvia construit un groupe de design indépendant aux fondations solides, doté d’une éthique forte … toujours en lien avec les rêves qu’ils avaient faits avec Nick. Il est important pour elle de « croire en ces rêves » mais ajoute aussi que « le packaging est pour tout le monde ! ». Un jour, Sylvia passera le relais à sa fille Nora, qui sans nul doute continuera de faire vivre cet esprit de famille unique, qui anime tous les membres de l’équipe Team Créatif sans exception et illustre bien le claim : It’s Good to be a Team !

On comprend alors pourquoi le crédo du groupe est : « Rester indépendant, jamais vendre ».

Sorry, the comment form is closed at this time.